Print this post Print this post

Utopisme technologique et nationalisme ethnique

3,255 words

Traduit par Euro-Synergies

English original here

Note de l’auteur :

C’est le texte de mon discours à la quatrième réunion  du Forum de Scandza à  Copenhague, Danemark, le 15 septembre 2018. Dans mon précédent discours au Forum de Scandza, j’ai argué que nous devons créer des messages ethnonationalistes pour tous les groupes blancs, même les randonneurs. C’est mon Epître aux Randonneurs. Je veux remercier tous ceux qui étaient présents alors, et tous ceux qui ont rendu le Forum possible.

L’idée de créer une société utopique au moyen du progrès scientifique et technologique remonte à des fondateurs de la philosophie moderne comme Bacon et Descartes, bien que l’idée ait déjà été effleurée par Machiavel. Mais aujourd’hui, les visions de la plupart des gens concernant l’utopie technologique sont dérivées de la science-fiction. A l’exception notable de la série Dune de Frank Herbert, la science-fiction tend à identifier le progrès au libéralisme politique et au globalisme. Pensez seulement à Star Trek, où la Fédération libérale et multiraciale se bat constamment contre des maux éternels comme le nationalisme et l’eugénisme. Donc cela vaut la peine de poser la question : le nationalisme ethnique – qui est illibéral et anti-globaliste – est-il compatible avec l’utopisme technologique ou pas ?

Mon opinion est que l’utopisme technologique est non seulement compatible avec le nationalisme ethnique mais aussi que le libéralisme et la globalisation minent le progrès technologique, et que l’ethno-Etat est en réalité l’incubateur idéal pour l’apothéose technologique de l’humanité.

Avant de développer ces points, je dois parler un peu de ce que l’utopisme technologique entraîne et pourquoi les gens pensent qu’il va naturellement de pair avec la globalisation. Le mot utopie signifie littéralement nulle part et désigne une société qui ne peut pas être réalisée. Mais les progrès de la science et de la technologie concernent entièrement la conquête de la nature, c’est-à-dire l’expansion du pouvoir et de l’allonge de l’homme, pour que l’utopie deviennent atteignable. Des ambitions spécifiques de l’utopisme scientifique incluent l’abolition de la pénurie matérielle, l’exploration et la colonisation de la galaxie, la prolongation de la vie humaine, et l’évolution ascendante de l’espèce humaine.

Il est naturel de penser que le progrès scientifique et technologique va main dans la main avec la globalisation. La réalité est une, donc la science qui comprend la réalité et la technologie qui la manipule doit aussi être une. La science et la technologie parlent un langage universel. Ce sont des entreprises collaboratives et cumulatives qui peuvent mobiliser les contributions des meilleurs gens sur le globe. Donc il semble raisonnable de penser que la route de l’utopie technologique ne peut être qu’entravée par les frontières nationales. Je proposerai trois arguments pour montrer que ce n’est pas le cas.

Globalisation contre Innovation

Je définis la globalisation comme la destruction des barrières s’opposant à l’uniformité : le même marché, la même culture, la même forme de gouvernement, le même mode de vie – ce qu’Alexandre Kojève appelait l’“état homogène universel”.

Comme Peter Thiel le dit d’une manière convaincante dans Zero to One, la globalisation et  l’innovation technologique sont en réalité deux modes de progrès très différents. L’innovation  technologique crée quelque chose de nouveau. La globalisation copie simplement des choses nouvelles et les diffuse partout. Thiel dit aussi que la globalisation sans l’innovation  technologique n’est pas soutenable. Par exemple, il n’est simplement pas possible que la Chine et l’Inde consomment autant de combustible fossile que les pays du Premier Monde, mais cela est impliqué par la globalisation dans le contexte technologique actuel. A court terme, ce genre de globalisation aura des effets environnementaux catastrophiques. A long terme, cela hâtera la venue du jour où notre présente forme de civilisation s’effondrera quand les combustibles fossiles seront épuisés. Pour écarter cette apocalypse, nous avons besoin de nouvelles innovations, particulièrement dans le domaine de l’énergie.

Les innovations technologiques les plus importantes du XXe siècle sont probablement la fission de l’atome et la conquête de l’espace. Aucune des deux ne fut accomplie par l’entreprise privée stimulée par la demande des consommateurs dans une société libérale-démocratique globale. Au contraire, elles furent créées par des gouvernements rivaux enfermés dans une guerre chaude et froide : d’abord les Etats-Unis et leurs Alliés contre les puissances de l’Axe durant la Seconde Guerre mondiale, puis les Etats-Unis et l’Occident capitaliste contre le Bloc Soviétique jusqu’à l’effondrement du communisme en 1989-1991.

En fait, on peut dire que la rivalité entre le capitalisme et le communisme commença à perdre son dynamisme technologique sous la présidence de Richard Nixon, qui commença la détente avec l’URSS par les Strategic Arms Limitations Talks [accords SALT] en 1969, puis se rendit en Chine en 1971, diminuant la menace d’un retour à une coalition des puissances communistes en un seul bloc. La détente se termina avec l’invasion soviétique de l’Afghanistan en 1979. L’Initiative de Défense Stratégique de Ronald Reagan aurait pu stimuler des avancées technologiques majeures, mais la simple menace de le faire fut suffisante pour persuader Gorbatchev de rechercher une solution politique. La situation idéale pour stimuler le progrès technologique est donc la rivalité politique sans solution politique, nécessitant donc d’immenses dépenses en recherche et développement pour obtenir des avantages technologiques.

Depuis l’effondrement du communisme et la montée d’un ordre mondial libéral-démocratique unipolaire, cependant, la force directrice du changement technologique a été la demande des consommateurs. L’énergie atomique et l’envoi d’hommes dans l’espace ont été pratiquement abandonnés, et le progrès technologique a été principalement canalisé dans la technologie de l’information, qui a rendu quelques-uns d’entre nous plus productifs mais qui pour le plus grande nombre nous permet seulement de nous amuser avec des smartphones pendant que la société se dégrade autour de nous.

Mais nous ne pourrons pas nous sortir des crises environnementales menaçantes et des pièges malthusiens avec de simples tweets. Seules des innovations fondamentales dans la technologie de l’énergie nous le permettront. Et seul l’Etat, qui peut diriger d’énormes ressources et unir une société autour d’un but commun, a enregistré des réussites dans ce domaine.

Bien sûr aucun des participants dans les grands conflits qui stimulèrent les progrès technologiques n’étaient ethnonationalistes au sens strict, pas même les puissances de l’Axe. En fait, la démocratie libérale et le communisme étaient simplement des visions rivales de la société globale. Mais quand des visions rivales de la globalisation s’affrontent pour le pouvoir, cela signifie que le globe est divisé entre une pluralité d’acteurs politiques différents.

Le pluralisme et la rivalité ont poussé des Etats aux plus grandes avancées technologiques dans l’histoire. La globalisation, la pacification et le libéralisme n’ont pas seulement mis fin au progrès mais ont nourri l’autosatisfaction face aux désastres globaux potentiels. Un grand marché mondial n’emmènera jamais l’humanité vers les étoiles. Il nous fournira seulement des distractions jusqu’à ce que la civilisation s’effondre et que la Terre devienne un ossuaire desséché.

Innovation contre Réduction des coûts

En économie, la productivité est définie comme une formule mathématique : les dépenses  divisées par les entrées, c’est-à-dire le coût du produit. Mathématiquement parlant, on peut accroître la productivité soit en rendant le travail plus productif, principalement par des innovations technologiques, soit en réduisant les coûts.

La plupart des gains de productivité qui viennent de la globalisation économique son tune question de réduction des coûts, réduisant principalement les coûts du travail. Le Tiers Monde a une immense quantité de main d’oeuvre à bon marché. La globalisation économique permet le libre mouvement du travail et du capital. Les entreprises peuvent réduire les coûts de la main d’oeuvre en déplaçant les usines outre-mer ou en important de nouveaux travailleurs pour faire baisser les salaires dans les pays industrialisés.

Historiquement parlant, la plus grande stimulation économique pour l’innovation technologique a été celle des coûts élevés de la main d’oeuvre. La manière d’élever les coûts du travail est de mettre fin à la globalisation économique, en supprimant l’immigration et en mettant des tarifs douaniers importants sur les produits manufacturés. Bref, nous avons besoin de nationalisme économique. En fait, seul le nationalisme économique peut conduire à une économie post-pénurie.

Qu’est-ce qu’une “économie post-pénurie” exactement, et comment pouvons-nous y entrer? Avant tout, toutes les formes de pénurie ne peuvent pas être abolies. Les objets unique et faits à la main seront toujours rares. Il n’y aura qu’une seule Mona Lisa. La pénurie ne peut être abolie que pour des objets produits en masse. Deuxièmement, le coût de ces objets ne fera qu’approcher de zéro en termes de travail. Fondamentalement, nous arriverons à une économie post-pénurie quand les machines remplaceront tous les gens impliqués dans la production de masse. Mais les machines, les matières premières, et l’énergie utilisées pour la production auront encore un certain coût. Ainsi l’économie post-pénurie arrivera du fait de l’innovation dans la robotique et la production d’énergie. La meilleure image d’un monde post-pénurie est le “réplicateur” dans Star Trek, qui peut changer la structure atomique des fournitures de base pour matérialiser les choses à partir de rien.

Bien sûr on ne peut pas laisser mourir de faim les travailleurs qui sont remplacés par les machines. Les produits des machines doivent être consommés par quelqu’un. La production peut être automatisée mais la consommation ne peut pas l’être. Ce serait une absurdité dystopique si la mécanisation conduisait à la famine des travailleurs, donc la consommation devrait aussi être automatisée. Une série de robots produirait des choses, puis une autre série de robots les consommerait et ajouterait des zéros aux équilibres bancaires d’une poignée de ploutocrates solitaires.

Pour faire fonctionner l’économie post-pénurie, nous devons nous assurer que les gens peuvent se permettre d’acheter ses produits. Il y a deux manières basiques de faire cela.

D’abord, les gains de productivité du capital doivent être partagés avec les travailleurs, en augmentant les salaires ou en raccourcissant les semaines de travail. Quand les travailleurs seront entièrement éliminés, ils devront recevoir des pensions généreuses.

Deuxièmement, tout système économique requiert un moyen d’échange. Dans le système actuel, l’Etat donne à des banques privées la capacité de créer de l’argent et de gagner des intérêts sur son usage. L’Etat fournit aussi toute une série de paiements directs aux individus : aide sociale, pensions de vieillesse, etc. Un revenu de base universel est un paiement direct du gouvernement à tous les citoyens, qui est suffisant pour assurer la survie de base dans un pays du Premier Monde.  Un tel revenu permettrait à l’Etat d’assurer une liquidité économique, pour que chaque produit ait un acheteur, tout en éliminant deux intermédiaires très coûteux : les banques et les bureaucraties d’aide sociale.

Tout cela a l’air génial. Mais c’est parfaitement irréalisable dans l’actuel système globalisé, où la réduction des coûts se transforme en haute technologie, et les économies industrielles du Premier Monde en économies de plantation de basse technologie avec une main d’oeuvre bon marché du Tiers Monde. Seul le nationalisme économique peut stimuler les innovations technologiques nécessaires pour créer une économie post-pénurie en accroissant les coûts de la main d’oeuvre, par le contrôle de l’immigration ainsi que par des tarifs douaniers dirigés contre les produits manufacturés étrangers bon marché.

Ethnonationalisme et Science

Jusqu’ici nous avons établi que le progrès scientifique et technologique est miné par la globalisation et encouragé par des politiques économiques nationalistes et par les rivalités entre nations et blocs civilisationnels. Mais nous avons besoin d’une argumentation plus spécifique pour établir que l’ethnonationalisme est spécialement en harmonie avec le progrès scientifique et technologique.

Ma première prémisse est : Aucune forme de gouvernement n’est pleinement compatible avec le progrès scientifique et technologique s’il est fondé sur des dogmes qui sont contraires aux faits. Par exemple, la république d’Océania peut avoir une population de gens intelligents et industrieux, un excellent système éducatif, une infrastructure de qualité supérieure, et une économie florissante. Mais si la religion d’Etat de l’Océania affirme que la Terre est plate et qu’elle se trouve au centre de l’univers, l’Océania ne nous emmènera pas vers les étoiles.

Ma seconde prémisse est : La défense des sociétés racialement et ethniquement diverses – qu’elles aient des régimes libéraux ou conservateurs – est basée sur le déni de l’expérience politique et de la science de la diversité biologique humaine.

L’histoire des sociétés humaines offre des preuves abondantes que mettre des groupes ethniques multiples sous un même système politique est une recette pour des tensions et des conflits ethniques qui seraient évitables sans cela. De plus, la science indique que les facteurs les plus importants pour le progrès scientifique et technologique – l’intelligence et la créativité – sont principalement génétiques, et qu’ils ne sont pas également distribués entre les races. Finalement, la Théorie de la Similarité Génétique prédit que les sociétés les plus harmonieuses et heureuses seront les plus homogènes génétiquement, les conflits sociaux s’accroissant avec la diversité génétique.

Nier ces faits est doublement anti-scientifique. D’abord et très évidemment, c’est simplement le refus de regarder les faits objectifs qui contredisent le dogme selon lequel la diversité améliore la société. Ensuite, baser une société sur ce dogme mine les conditions génétiques et sociales nécessaires pour le progrès et l’innovation, par exemple en faisant baisser le QI moyen et en créant davantage de conflits sociaux. Toutes autres choses étant égales, ces facteurs feront qu’une société aura moins de chances de stimuler l’innovation scientifique et technologique.

Ma troisième prémisse est : L’ethnonationalisme est basé sur l’expérience politique ainsi que sur la science de la diversité biologique humaine – et ne nie aucun autre fait. Par conséquent, l’ethnonationalisme est plus compatible avec le progrès scientifique et technologique que ne le sont les sociétés racialement et ethniquement diverses – toutes autres choses étant égales.

Bien sûr certaines recherches et certains projets de développement requièrent tant d’argent et d’expertise qu’ils ne peuvent être entrepris que par de grands pays comme les Etats-Unis, la Chine, l’Inde ou la Russie. Bien que nous pouvons prédire avec confiance que toutes ces sociétés amélioreraient leurs résultats en recherche et développement si elles étaient plus homogènes racialement et culturellement, même dans leur état actuel elles peuvent accomplir des choses que de petits ethno-Etats homogènes ne peuvent simplement pas rêver de faire.

Par exemple, si un pays de deux millions d’habitants comme la Slovénie devait adopter l’ethnonationalisme, il performerait probablement mieux qu’une société plus diverse ayant la même taille et les mêmes ressources en recherche et développement. Mais il ne pourrait pas coloniser Mars. Cependant, de même que de petits pays peuvent se défendre contre de grands pays en passant des alliances, de petits Etats peuvent travailler ensemble sur des projets scientifiques et technologiques trop gros pour qu’ils les entreprennent tout seuls. Aucune alliance n’est plus forte que son membre le plus faible. Puisque la diversité est une faiblesse et que l’homogénéité est une force, nous pouvons prédire que les efforts de recherche et développement coopératifs entre des ethno-Etats seront probablement plus fructueux que ceux entre des sociétés diverses.

Maintenant quelqu’un pourrait objecter qu’on peut améliorer l’ethno-Etat en acceptant seulement des immigrants à haut QI issus d’autres races. Les Américains sont pourtant allés sur la Lune sans importer des Asiatiques et des Indiens. Ces gens sont importés aujourd’hui pour deux raisons. D’abord, importer des cerveaux étrangers nous permet d’échapper aux problèmes de produire les nôtres, c’est-à-dire la fertilité dysgénique et l’effondrement du système éducatif américain, en grande partie du fait du politiquement correct, c’est-à-dire l’intégration raciale et le déni des différences biologiques concernant l’intelligence. Ensuite, les gains de productivité attribués à la diversité dans la technologie sont simplement dus à la réduction des coûts. Mais la vraie réponse est : L’Internet permet aux Blancs de collaborer avec les meilleurs scientifiques dans le monde. Mais nous n’avons pas besoin de vivre avec eux.

Pour résumer : l’idée que l’utopie technologique ira main dans la main avec l’émergence d’une société homogène globale est fausse. Les plus grandes avancées en technologie ont été stimulées par les rivalités de puissances politiques hostiles, et avec l’émergence d’un monde unipolaire, le développement technologique s’est ralenti.

L’idée que l’utopie technologique va main dans la main avec la démocratie libérale est fausse. Depuis ses débuts, le libéralisme a été opposé à l’idée qu’il y a un bien commun dans la société. Le libéralisme se préoccupe uniquement de donner le pouvoir aux individus de rechercher des buts et des avantages privés. Il nie que le bien commun existe ; ou, si le bien commun existe, le libéralisme nie qu’il soit connaissable ; ou si le bien commun existe et est connaissable, le libéralisme nie qu’il puisse être recherché par l’Etat, mais au contraire il sera réalisé par une main invisible si nous permettons simplement aux individus privés de s’occuper de leurs affaires.

La seule chose qui peut réunir les démocrates libéraux pour poursuivre de grands buts communs est la menace de guerre. C’est ce qui a envoyé les Américains sur la Lune. Les plus grandes réussites technologiques de l’Amérique furent stimulées par le gouvernement, pas par l’entreprise privée, et dans des époques de guerre chaude et froide, pas de paix. Depuis la fin de la Guerre froide, cependant, la victoire nous a vaincus. L’Amérique n’est plus un pays sérieux.

La solution, cependant, n’est pas de revenir à la guerre, mais de jeter le libéralisme à la poubelle et de revenir à l’idée classique qu’il existe un bien commun qui peut et doit être poursuivi par l’Etat. Une démocratie libérale ne peut être un pays sérieux que si quelqu’un comme les Russes  menace de nous rayer de la carte chaque jour et chaque minute. Les gens normaux et les sociétés normales poursuivent le bien commun, parce que dès que l’on est convaincu qu’une chose est vraiment bonne, on n’a pas besoin de raisons additionnelles pour la rechercher. Mais si vous avez besoin de quelques incitations supplémentaires, regardez la dévastation environnementale et l’effondrement civilisationnel qui nous attendent à mesure que l’économie du combustible fossile continue de se développer comme une culture d’algues, jusqu’à ses limites globales. Cela devrait merveilleusement éclaircir les esprits.

L’idée que l’utopie technologique ira main dans la main avec le capitalisme global est fausse. La globalisation a miné l’innovation technologique en permettant à des entreprises d’augmenter leurs profits simplement en réduisant les coûts. Les plus grandes avancées dans la technologie de fabrication ont été stimulées par des coûts élevés de main d’oeuvre, qui sont les résultats d’un mouvement ouvrier puissant, des frontières fermées, et du protectionnisme.

Finalement, l’idée que l’utopisme technologique ira main dans la main avec des sociétés racialement et ethniquement diverses est fausse. C’est là que l’ethnonationalisme prouve sa supériorité. La diversité promeut le conflit ethnique et supprime les barrières à la reproduction dysgénique. Le QI moyen global est trop faible pour créer une utopia technologique. Le mélange racial global fera tomber les Européens au niveau de la moyenne globale. Par conséquent, il mettra fin à tous les rêves de progrès. Mais les ethnonationalistes sont vraiment désireux de remplacer les tendances reproductives dysgéniques par des tendances eugéniques, pour assurer que chaque génération future comptera plus de génies, incluant des génies scientifiques. Et si vous avez besoin d’une incitation supplémentaire, considérez le fait que la Chine poursuit des politiques eugéniques pendant qu’en Occident la mode est d’adopter des bébés haïtiens. L’ethnonationalisme, de plus, promeut l’harmonie et la cohésion sociales, qui rendent possibles des efforts coordonnés vers des buts communs.

Quelle sorte de société vaincra la pénurie, vaincra la mort, et colonisera le cosmos ? Une société qui pratiquera le nationalisme économique pour encourager l’automatisation. Une société homogène à haut QI avec des tendances reproductives eugéniques plutôt que dysgéniques. Une société harmonieuse, cohésive, avec un niveau de confiance élevé, qui pourra travailler en commun sur des projets communs. Une société illibérale qui sera prête à mobiliser ses habitants et ses ressources pour atteindre de grands buts communs. Bref, si la démocratie libérale et le capitalisme global nous ramènent à la boue, c’est l’ethnonationalisme qui nous emmènera vers les étoiles.

 

This entry was posted in North American New Right and tagged , , , . Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

Your email is never published nor shared.
 
Comments are moderated. If you don't see your comment, please be patient. If approved, it will appear here soon. Do not post your comment a second time.
 
Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

  • Our Titles

    White Identity Politics

    The World in Flames

    The White Nationalist Manifesto

    From Plato to Postmodernism

    The Gizmo

    Return of the Son of Trevor Lynch's CENSORED Guide to the Movies

    Toward a New Nationalism

    The Smut Book

    The Alternative Right

    My Nationalist Pony

    Dark Right: Batman Viewed From the Right

    The Philatelist

    Novel Folklore

    Confessions of an Anti-Feminist

    East and West

    Though We Be Dead, Yet Our Day Will Come

    White Like You

    The Homo and the Negro, Second Edition

    Numinous Machines

    Venus and Her Thugs

    Cynosura

    North American New Right, vol. 2

    You Asked For It

    More Artists of the Right

    Extremists: Studies in Metapolitics

    Rising

    The Importance of James Bond

    In Defense of Prejudice

    Confessions of a Reluctant Hater (2nd ed.)

    The Hypocrisies of Heaven

    Waking Up from the American Dream

    Green Nazis in Space!

    Truth, Justice, and a Nice White Country

    Heidegger in Chicago

    The End of an Era

    Sexual Utopia in Power

    What is a Rune? & Other Essays

    Son of Trevor Lynch's White Nationalist Guide to the Movies

    The Lightning & the Sun

    The Eldritch Evola

    Western Civilization Bites Back

    New Right vs. Old Right

    Lost Violent Souls

    Journey Late at Night: Poems and Translations

    The Non-Hindu Indians & Indian Unity

    Baader Meinhof ceramic pistol, Charles Kraaft 2013

    Jonathan Bowden as Dirty Harry

    The Lost Philosopher, Second Expanded Edition

    Trevor Lynch's A White Nationalist Guide to the Movies

    And Time Rolls On

    The Homo & the Negro

    Artists of the Right

    North American New Right, Vol. 1

    Some Thoughts on Hitler

    Tikkun Olam and Other Poems

    Under the Nihil

    Summoning the Gods

    Hold Back This Day

    The Columbine Pilgrim

    Confessions of a Reluctant Hater

    Taking Our Own Side

    Toward the White Republic

    Distributed Titles

    Reuben

    The Node

    The New Austerities

    Morning Crafts

    The Passing of a Profit & Other Forgotten Stories

    Gold in the Furnace

    Defiance